L’Incubatrice d’Idées,
que nous sommes,
Dessine la Ville, le Monde et la Vie de Demain
pour Vous,
en tenant compte de l’Histoire, des Rêves et
des Idées de chacun.


« L’avenir, tu n’as point à le prévoir mais à le permettre »

Citadelle, Antoine de Saint-Exupéry, éd. Gallimard, coll. « NRF », 1948, chap. LVI, p. 167

« Il faut Faire de la Vie un Rêve, et faire d’un Rêve une Réalité »

Journal intime de Pierre Curie en date du 4 janvier 1881

« Il y a des savants qui se cachent, qui se tiennent à l’écart. Ils se choisissent, se comptent, se retirent dans le saint des saints et ferment le rideau derrière eux. Eh bien moi, je fais des trous aux rideaux ! Je veux voir et je veux que tout le monde » puisse trouver sa voie.

Emile Guimet, jubilé du musée Guimet en 1904

Dessine Moi Une Ville est une Incubatrice d’Idées ; nous l’écrivons au féminin car, pour nous, ce sont les Femmes qui Incubent, qui Couvent.

Nous sommes un « Think and Do Tank »,  sous la forme d’un Collectif,  qui mène des activités de Réflexion et d’Action autour de la Vie de Demain, menant aussi des activités de Conseil et d’Accompagnement autour de l’Innovation au sens large, de l’Ingénierie, du Management, des Activités Commerciale et Marketing, de la Gestion, des Affaires Publiques, de l’évènementiel et de la Culture , pour le Privé comme le Public, en préservant à celles-ci un caractère Sociétal, Laïque et Apolitique. C’est une  Incubatrice d’Idées.

Dessine Moi Une Ville s’appuie sur des Personnes souhaitant s’investir dans l’ avenir du Monde et des Territoires, sur des Structures de Réflexion et d’Action, et sur des  Experts Indépendants et Reconnus, ainsi que sur des Partenaires des mondes de l’Entreprise, des  Collectivités et de l’Éducation, en associant, dans ses projets, les Citoyens. Ils sont choisis pour leur forte implication sur des projets alliant la Culture et l’Innovation au sens large, les Arts et les Sciences,  en privilégiant une démarche participative pour Valoriser le Passé, Comprendre le Présent et Construire le Futur du Monde.

Dessine Moi Une Ville a vocation à soutenir et collaborer  avec d’autres structures soutenant des projets sociétaux.

Tout reste à Dessiner !

Nous voilà donc avec une page blanche.

Dans un processus créatif, nous croyons que seule celle-ci permet d’innover. Ce doit être le point de départ. Elle seule donne libre accès à toutes les folies, à toutes les idées. Elle seule fait sauter les limites.

Aujourd’hui, qui part vraiment d’une page blanche ? Pas grand monde visiblement dans le monde politique. Nos dirigeants, leurs équipes, la fonction publique, partent de feuilles déjà grisées voire noircies pour imaginer le monde de demain tant leur vision et leurs idées sont dans la continuité du monde présent et d’hier. Il ne semble plus y avoir d’idéal, de rêve, d’utopie. Ce n’est pas le cas dans le monde économique, qui innove à tout point de vue. Alors, vous me direz que ce n’est pas grave car notre monde innove toujours. Et bien si, car c’est le monde politique qui dessine la société dans laquelle nous vivons, le monde économique étant encadré (ou devrait l’être) par le monde politique. Sans cela, ce sont les dirigeants économiques qui, à terme, façonneront notre monde à leur image. Et non à la nôtre.

Mais revenons à la feuille blanche. Pour créer, il faut s’extraire de ce qui existe au maximum. Certes, nous sommes influencés par notre culture, notre éducation, notre environnement, nos à-priori. S’en détacher permet de trouver au fond de soi les idées les plus pures. Ainsi, si vous partez d’une feuille qui est un peu noircie, votre création sera « sous influence ». Vous ne pourrez que créer à la marge. Alors que si votre feuille est blanche, vous aurez le loisir d’imaginer des idées les plus détachées de ce qui existe, vous innoverez vraiment. En musique, par exemple, si l’on vous impose un rythme, que vous ne pouvez changer, si l’on vous impose une mélodie, vous serez réduit au rôle d’arrangeur. Vous ne serez pas un compositeur, votre action étant à la marge. Vous ne serez pas pleinement créateur, vous ne ferez pas remonter les idées qui se cachent au plus profond de vous.

Ce que font malheureusement un grand nombre d’entre nous, c’est partir d’une feuille noircie, même très noircie. Ils ne trouvent que des rustines pour créer le monde de demain : ils arrangent juste le monde dans lequel nous vivons, ils ne le font en rien changer, ils ne créent pas un nouveau monde. Alors que s’ils partaient d’une feuille vraiment blanche, ils inventeraient une nouvelle organisation, une société idéale, utopique. Leur rôle serait alors d’assurer la transition de notre monde vers ce nouveau paradigme. Nous sortirions alors de l’impasse dans laquelle notre civilisation semble s’orienter avec des défis aussi bien politiques, économiques qu’écologiques à relever. Ils redonneraient ainsi du sens à la vie en apportant une réelle vision du futur, un cap à suivre pour créer un monde meilleur.

Alors, prenons une page blanche et construisons ce mécano qui nous permettra de transformer notre monde.